Instructions aux auteurs

La revue Intelligibilité du numérique entend en particulier revenir aux fondamentaux d’une revue scientifique dans sa fonction d’espace de débat. Conformément à ce positionnement, les évaluations par les pairs seront ouvertes (open peer review), format certes non traditionnel mais qui encourage la discussion scientifique et valorise le travail des évaluateurs. Sur un rythme biannuel, la revue proposera un appel à articles permanent sur la base de son éditorial ; le second numéro sera constitué via un appel à articles thématique ou via la redocumentarisation d’articles issus d’autres revues mais traitant spécifiquement des questions liées à l’écosystème numérique. La rédaction se réserve le droit de publier davantage de numéros selon l’actualité scientifique. Outre la publication scientifique, la rédaction de la revue organisera des rencontres ou manifestations scientifiques pré ou post-publication de numéro.

Ce faisant, la revue Intelligibilité du numérique s’adresse à l’ensemble de la communauté scientifique, accueille toutes formes d’articles scientifiques (recherches fondamentales, expérimentales et prospectives, études empiriques, retours d’expérience…), lesquels pourront être traités à travers des prismes disciplinaire, pluridisciplinaire, interdisciplinaire ou transdisciplinaire. 

 

Règles de soumission des manuscrits

Appel à articles permanent

Sont attendus conformément aux problématiques soulevées dans l'éditorial, des articles scientifiques originaux en français ou en anglais ne dépassant pas 45 000 caractères (espace non compris), ceci inclue les notes de bas de page, les résumés, les mots clés et les références bibliographiques.

Les propositions d'article doivent respecter les normes de mise en forme en vigueur, à savoir :

  • un titre informatif en français et en anglais.
  • les noms et prénoms de l'auteur ou des auteurs, la discipline et / ou la fonction, l'affiliation institutionnelle, le code postal, la ville, le pays. 
  • un court résumé (maximum 1000 caractères espace non compris) en français et en anglais.
  • 5 mots-clés en français et en anglais.
  • le corps de l'article.
  • une bibliographie ne comprenant que les références citées et respectant la norme APA.

Les articles sont évalués et publiés au fil de l'eau. La procédure d'évaluation-correction des articles dure en moyenne 12 semaines.

 

Appel à articles thématique

Les appels à articles thématiques sont ponctuels et suivent un calendrier de publication spécifique.

Une première sélection se fait sur proposition de résumé long (entre 3 500 et 7 000 caractères espaces non compris) en langue française ou anglaise, auquel s'ajoute une bibliographie indicative. 

Une seconde sélection se fait sur article complet selon le même formalisme que sus-cité.

 

Répondre à un appel à article

La revue Intelligibilité du numérique utilise la plateforme Numerev pour le processus d'évaluation des articles, les auteurs devront au préalable s'y inscrire et obligatoirement renseigner leur profil : discipline, affiliation, mots-cés de la recherche, ainsi qu'une photographie. Ce sont les données fournies dans ce profil qui seront prises en compte lors de la publication. Les auteurs pourront suivre le processus d'évaluation depuis leur tableau de bord ainsi que via les notifications de la plateforme.

Vous pouvez à tout moment répondre à l'appel à articles permanent.

Les appels à articles thématiques font l'objet d'une diffusion sur le site de la revue ainsi que sur la plateforme Numerev.

 

Normes de rédaction de la revue

Mise en forme du texte

La mise en forme finale de l'article doit être faite directement depuis la plateforme, la mise en page que vous aurez pu faire sur un logiciel de traitement de texte sera perdu. Concernant les règles de présentation des articles :

  • Ne numérotez pas les titres et sous-titres. Les auteurs devront utiliser les style de mise en forme de l'éditeur de texte de la plateforme et suivre la hiérarchie des titres proposés.
  • Évitez soulignement ou de gras dans le corps du texte. L'italique doit être limité aux expressions latines ou étrangères à l'exception des mots ou expressions d'usage courant (par exemple a priori, marketing, etc.) et aux titres de livres, journaux, revues, œuvres littéraires, etc. cités dans le texte.
  • Les acronymes sont en majuscules sans point entre les capitales: CNRS, IRD, etc. Tous les acronymes doivent être indiqués en entier lors de leur première mention.
  • Les citations courtes doivent être introduites entre guillemets dans le corps du texte. Les citations dépassant 5 lignes doivent être signalées à l'aide de la fonctionnalité « blockquote/citation » de l'éditeur de texte. Utilisez trois points entre crochets pour le matériel omis.
  • Évitez au maximum les notes de bas de document. Les références aux notes de bas de document doivent être incluses en exposant dans le corps du texte et numérotées consécutivement. Elles sont placées à la fin de l'article (après la bibliogrphie) et ne doivent pas dépasser 500 caractères, espaces compris. N’utilisez pas les notes pour faire référence à un auteur ou à un texte cité, utilisez la bibliographie.
  • Toutes les illustrations (tableaux, graphiques, figures, photographies, vidéos) seront centrées dans la page et accompagnées d'une légende (numérotée, centrée et en italique), cette dernière sera positionnée sous l'illustration. Les auteurs devront veiller à ce que l'illustration soit parfaitement lisible mais que son poids reste raisonnable. Il est préférable que les illustrations n'excèdent pas 600px de largeur. Nous suggérons l'utilisation des formats PNG ou JPG.

 

Présentation des références et appel à citation

Le titre du document cité est en italique.

Tout auteur mentionné dans le texte devrait se retrouver dans la bibliographie placée en fin de proposition. Le format des références dans le texte devrait se présenter comme suit : « … l’Auteur (aaaa) affirme que… » ou « … selon une récente théorie (Auteur, aaaa)… » ou « …selon les conclusions de Auteur & Auteur (aaaa)… » ou « … des analyses récentes (Auteur & Auteur, aaaa)… ». En cas de références multiples : (Auteur & Auteur, aaaa ; Auteur, aaaa). Si le nombre d’auteurs est supérieur à trois, citez les trois premiers suivis de « et al. ». Exemple : Harkins, W., Homer, M., Smet, J. et al.

Un auteur peut être une personne morale ou une collectivité d’auteurs. Exemple : CNRS.
Si l’auteur est un éditeur scientifique, citez-le en tant qu’auteur et ajoutez « (éd.) ».
Si le document cité est une contribution ou partie d’un document, indiquez « In : ».

Pour reproduire un extrait provenant d’un autre document, insérez-le avec les guillemets et remplacez les parties manquantes par […]. Les citations sont placées entre « guillemets français » ou “anglaisˮ, selon la langue du texte cité. Toutes les citations doivent mentionner le document dont il provient. Exemple : (Harkins, 2018, p.19).

Comme signalé précédemment, les citations de plus de 5 lignes seront mises en évidence avec l’outil « blockquote/citation » de l’éditeur. 

 

Bibliographie aux normes APA

Classez les références par ordre alphabétique du nom d’auteur. Si plusieurs références ont le même auteur, classez-les chronologiquement. Consultez le guide de la rédaction aux normes APA, l'indentation ou l'alinéa n'est pas requis. 

Quelques exemples :

Livre :

Lévy, P. (1997). L'intelligence collective: pour une anthropologie du cyberspace. Paris : La découverte.

Chapitre de livre :

Maurel, D. (2013). Gouvernance informationnelle et perspective stratégique. In : Clavier, V., Paganelli, C. (dir.), L’information professionnelle. Paris, Lavoisier, 175-198.

Article de revue :

Gori, R. & Del Volgo, M.-J. (2009). L'idéologie de l'évaluation : un nouveau dispositif de   servitude volontaire ? Nouvelle   revue     de   psychosociologie, vol. 2, no 8, 11-26.

Article de revue en ligne :

Gagnon, L., Peretz, I. et Fulop, T. (2009). Musical structural determinants of emotional judgments in dementia of the Alzheimer type. Neuropsychology, 23(1), 90-97. doi: 10.1037/a0013790

Dupuis, F., Johnston, K. M., Lavoie, M., Lepore, F. et Lassonde, M. (2000). Concussions in athletes produce brain dysfunction as revealed by event-related potentials. NeuroReport, 11(18), 4087-4092. Repéré à http://journals.lww.com/neuroreport/


Imprimer   E-mail